Testu n"asturiano Texte en français Débat / debate

[Artículu billingüe / article bilingue]

Il y a quelques jours, j'ai vu un programme d'une station française. Avec mon pauvre français j'ai essayé de comprendre un débat sur politique (les élections présidentielles françaises sont prochaines).

Au moins sept personnes étaient là: représentants de partis politiques (et le candidat même en quelques cas), quelque professeur d'université, et un modérateur qui savait faire son travail. Ils parlèrent du système de représentation et élection français, de la proportionnalité, du pays, des 35 heures hebdomadaires... Il était impressionant d'écouter Arlette Laguiller dire que laisser tout le monde travailler plus heures pour gagner plus était la même chose que dire qu'il fallait faire des heures supplémentaires, et... NON: qu'il fallait plutôt créer des emplois, et que la France n'était pas si bien, que de quelle France parlions-nous, de la France des bancs et des investisseurs et des spéculateurs, qui était très bien, ou la France des gens, qu'elle voyait autour et n'était pas si bien. En un débat sur politique, en France, tu peux encore dire ça, et personne ne se moque de toi, ni t'appelle rouge ou radical ou progressiste.

En réalité, personne ne se moquait de personne. Personne n'interrompait personne. Il y avait, l'un a côté des autres, des droitiers, des gaullistes, des gens de Le Pen. Et cela n'était pas une volière. Chacun parlait, soutenait son avis, donnait ses raisons. Tout était respect et civilisation.

Si en Espagne nous faisions un débat pour les élections, il y aurait seulement trois politiques: l'un du PSOE, l'un du PP, et un autre d'IU comme décoration. Les autres seraient des bavards. Ils crieraient comme des cochons, ils s'interrompraient, ils feraient de la démagogie. Ils essayeraient de gagner, pas de s'expliquer.

Et qui pis est...

Parlerions nous des bénéfices des entreprises, des besoins du pays, des multinationales, des 35 heures, du service sanitaire, des gens? Non. Nous parlerions du 11-M. Seulement.

Heureusement que les français firent le Siècle des Lumières. S'il était notre oeuvre... quel échec il aurait été!





L'otru día vi un programa d'una cadena francesa. Col mi francés d'andar por casa tuve faciendo por seguir un debate de política (lluéu, nun sé cuándu, son les eleiciones presidenciales franceses).

Ellí hebía polo menos siete presones, representantes de partíos políticos (y en dalgún casu direutamente el candidatu), dalgún profesor d'universidá, y un moderaor que sabía lo que facía. Falaron del sistema de representación y eleición francés, de la proporcionalidá, del país, de les 35 hores selmanales... Ponía los pelos de punta sentir a Arlette Laguiller decir que lo de dexar a la xente trabayar más y cobrar más si facía más hores yera lo mesmo que decir qu'hebía que facer hores estra, y que NON: que lo que había que facer yera crear más puestos de trabayu, y que Francia nun diba bien, que de qué Francia falábemos, si de la de los bancos y los inversores y los especulaores, que diba bien, o la de la xente, que ella veía alredor y nun diba tan bien. Nun debate de política, en Francia, entovía se pué decir eso ensin que naide se ría de ti, ni te llame roxu ni radical ni progre.

Y ye que ellí naide se ría de naide. Naide interrumpía. Hebía nel mismu sitiu socialistas, derechistas, gaullistas, xente de Le Pen. Y nun paecía dengún gallineru. Caún falaba, sofitaba lo que-y paecía bien, daba les sos razones. Too yera respetu y civilización.

Si'n España facemos un debate poles eleiciones, diba haber namás tres políticos: ún del PSOE, ún del PP, y otru d'IX namás que pa decorar. El restu la xente sedríen tertulianos mazcayos. Berraríen como gochos, quitaríense la pallabra, fadríen demagoxia. Taríen a ver quién gana, non a ver quién se desplica meyor.

Y lo peor...

¿Falaríemos de los beneficios de les empreses, de lo que-y fai falta al país, de les multinacionales, de les 35 hores, de la sanidá, de la xente? Non. Falaríemos del 11-M. Namás.

Menos mal que la Ilustración la entamaron los franceses. Si llegamos facela nosotros, menuda mierda diba salir.

2 comentarios:

boronat dijo...

ça a déjà passé en Espagne il y a quelques années, tout débat chez notre voisin est meilleur que chez nous. Nous devrions apprendre d'eux. (Mais pas de sa cuisine...)

Antonia dijo...

Hola Guti: Que bien que hayas visto el programa con nuestros hombres politicos. Pue asi tenemos una vision desde el exterior,muy interesante.Hay que ver que con lo ocurrido hace cinco años, Le Pen como candidato frente a Chirac, parece que los franceses nos ocupamos mas de la vida politica.Esperemos que España organice estos grandes debates en las proximas eleccionesHay que darle tiempo ya que solo hace unos años que es una democracia moderna.